Image de fonds

Bienvenue sur le site Langeais-Patrimoine, site de l'association éponyme visant à la promotion et à la rénovation du patrimoine religieux de Langeais !

Aux temps des comtes d’Anjou, de Foulques III Nerra et de Foulques V le futur roi de Jérusalem, trois églises romanes furent édifiées à Langeais, à proximité du château comtal de Langeais.

La collégiale Saint Jean-Baptiste
Les origines de la collégiale Saint Jean-Baptiste remontent à l'antiquité gallo-romaine ; une première basilique fut bâtie sur un temple païen détruit par saint Martin, l’apôtre de la Gaule, dès le IVème siècle, constituant ainsi la plus ancienne église rurale de France. Saint Martin y déposa des reliques de saint Jean-Baptiste afin d’accroître le prestige de la basilique. Aux XIème et XIIème siècles, sous Foulques III Nerra et Foulques V, après un incendie, la basilique fut rebâtie avec un porche beffroi, une nef, et un chœur se terminant par une abside et deux absidioles romanes. Au XVème siècle, Louis et Jeanne de Bourbon (première fille de Louis XI, propriétaire avec son mari du château de Langeais, devenu entre temps royal), élèvent le plus haut clocher de Touraine au-dessus du porche beffroi (58 mètres) ; un narthex et une sacristie gothiques furent adjoints. Au XIXème siècle, l’église, considérée trop petite, fut agrandie, un grand transept de brique et pierre au nombreuses rosaces fut édifié dans le style néogothique Viollet-le-Duc ; la nef romane fut séparée du chœur et du chevet romans, un caquetoire du XIIème siècle fut détruit.

La collégiale est partiellement classée Monument Historique : le clocher (1914), les absides et la sacristie (1933), ainsi que de nombreux objets (une sculpture bourguignonne de Jacques Ier Bésullier de 1643 ; un gisant ; un Christ ; des tableaux de peintres élèves d'Ingres et de Cabanel, et un orgue de Louis Bonn de 1858 en procédure de classement). Des vitraux des peintres verrier du XIXème siècle Lobin et Nicod garnissent les baies.

L’église prieuré Saint Laurent
À cinq cent mètres de la collégiale et du château, dans la vallée de la Roumer, l'église de Saint Laurent, du village de Saint-Laurent ultérieurement rattaché à Langeais fut édifiée sous Foulques Nerra avant 1040. Le prieuré Saint Laurent, non remanié depuis mille ans, est constitué d’une nef romane se terminant par une abside entourée de deux absidioles. Depuis sa vente pendant la révolution en tant que bien national, Saint Laurent servit en tant que grange agricole, dépôt de matériaux ; avant de subir les outrages du temps et notamment un incendie, des fuites, des effondrements partiels et des colmatages.

L’église prieuré est classée Monument Historique en totalité depuis 1990.

L’église Notre Dame des Essards
À dix kilomètres au milieu des bois et forêts de Langeais, dans un lieu essarté au début du Moyen-Âge, des croisés compagnons d’armes de Foulques III Nerra, les frères Macquaux, à leur retour de sept ans de captivité des sarrasins, édifièrent en 1022 l'église Notre-Dame des Essards.

L’église rurale Notre Dame des Essards est inscrite au titre des Monument Historiques depuis 1926, une procédure de classement Monument Historique étant en cours. L’église Notre-Dame des Essards contient un ensemble de statuaires et chapiteaux gothiques du XIIIème siècle, des vitraux du XIIème et XIIIème siècle parmi les plus vieux et les plus beaux de France, une cloche renaissance de 1505, le tout constituant un ensemble classé Monument Historique, bijou de l’art gothique Plantagenêt.